Journée à Paris, visite au consulat USA

Dans notre course effrénée aux préparatifs, nous avions un passage obligé pour Polo et moi au consulat des USA à Paris. Ce passage était pour faire les visas car même si maintenant on peut rentrer aux USA sans visa (pas pour tous les pays hein), cela ne permet de faire qu’un séjour de moins de 3 mois. En 3 mois, arpenter les USA pour faire tout ce qu’on veut faire aurait relevé de l’exploit, de l’impossible bref pas question pour nous, avec les 2 puces, de se presser pour visiter Yellowstone, Yosemite, la Louisiane ou NYC. Nous avons fait le choix de ne pas passer par l’ESTA mais par un vrai visa pour 6 mois (je crois qu’on peut demander plus long mais nous avons demandé 6 mois).

De plus, récemment un couple d’amis (M et G), m’ont parlé d’un effet « kisscool » de l’ESTA. Si pour une raison ou une autre, on se fait arrêter sur le territoire américain juste avec l’ESTA, on tombe dans un vide juridique car on n’a pas de visa. Pas de visa, personne pour vous aider côté français, vous n’existez pas vraiment. Donc tant qu’a faire, cela nous a conforté dans notre choix. L’article ci dessous relate le problème avec l’ESTA (VWP).

http://rue89.nouvelobs.com/2014/09/20/periple-etats-unis-deux-mois-centre-retention-254565

Bref, nous avons donc rempli un questionnaire sur le site de l’ambassade américaine. Le fameux formulaire DS-160. Pour ça, il faut se munir de photos d’identité format visa (50*50 mm) (1 seule suffit pour la demande en ligne mais pour le RdV au consulat il en faut 2) que vous aurez scannées pour la mettre dans le formulaire, votre passeport, notre numéro INSEE et éventuellement votre CNI. Parfois, il vous faudra aller chercher un autre papier (feuille de salaire par exemple) ou faire de tête selon les questions. Un DS-160 par personne, répondre aux questions plus ou moins classiques, a se demander ce qu’on doit répondre et a chercher comment répondre a certaines questions posées.

Bref, 4 DS-160 plus tard… ouf, nous allons pouvoir prendre un rendez-vous au consulat (ou presque). Nous allons sur un nouveau site américain ou nous nous connectons, nous entrons les numéros des DS-160 qui nous ont été fournis, et une fois tout le monde retrouvé, nous pouvons… payer !! Et oui, les visas sont payants, nous le savions mais en france, on paye au dépot du formulaire pas avant. 128 euros par personne, même tarif pour les enfants (cela ne concerne peut-être que notre type de visa, je ne sais pas si certains visas sont moins chers ou plus chers). Nous payons donc et attendons donc que le virement soit bien effectif sur le compte bancaire du consulat (le site n’ayant pas voulu de notre carte bleue malgré le fait qu’elle aurait du passer). Quelques jours plus tard, nous prenons ENFIN rendez-vous pour aller au consulat. Youhou !!! Nous allons pouvoir aller à Paris le mardi 14 octobre, rdv a 08h15.

IMGP1069

Lundi soir, nous nous retrouvons dans un lit intercités de nuit partant de Toulouse a 22h34 et arrivant a Paris Austerlitz a 6h54. Nous avons pris un gros sac à dos avec nos vêtements de rechange, de quoi faire un brin de toilettes (plus de quoi changer Camille) et de quoi manger un petit-déjeuner en attendant notre tour au consulat. Nous avons prévu aussi de quoi occuper les filles sur le trajet de retour (feutres, feuilles, cahiers d’activités, livres…), les papiers pour le rendez-vous et de quoi nous occuper aussi, naifs que nous sommes, nous avons cru pouvoir se libérer 5 minutes sur le retour pour lire un peu… avec 2 enfants en bas-age…

Bref rien de bien sorcier mais vous verrez que ça nous a valu quelques moments de circonspection au consulat.

Arrivés sur la place de la concorde, nous trouvons assez facilement le consulat. Globalement, nous n’avons pas le droit de marcher sur les trottoirs qui sont du côté du batiment. Nous devons donc marcher sur les trottoirs en face, et ceux qui s’essayent a marcher sur la route (genre trop de monde sur le trottoir, une envie d’aller plus vite etc…) se font reprendre par les membres de la « Guard Force »… Ambiance…
Nous allons donc faire la queue sur le trottoir en face de l’entrée en attendant qu’on nous fasse signe d’entrée. On voit que le personnel se prépare pour accueillir les gens, une personne vient chercher les américains qui viennent chercher leur passeport puis c’est le tour des personnes qui souhaitent demander un visa américain. On traverse la route et on entre sous un petit barnum où il faut présenter le DS-160 ainsi que notre passeport. On nous indique que l’on peut continuer mais nous devons passer la fouille des sacs. Le mien et celui de Maude passe la fouille sans soucis mais le sac à dos est jugé trop gros pour passer, il doit rester dehors. « Mais euh dehors euh comment ça ? » Dehors nous repete-t-on. Un demandeur de visa nous informe qu’on peut aller jusqu’a Montparnasse pour deposer notre sac, 30 minutes aller-retour, on est moyennement emballés. Il fait froid, les filles en ont marre, nous décidons que Polo aille chercher un endroit pour déposer le sac et que je passe la sécurité pour rentrer dans le consulat. On se retrouvera à l’intérieur. Il récupère quand même son passeport et son DS160 histoire de pouvoir passer sans moi. Je le vois partir avec quelqu’un d’autre qui lui doit trouver un endroit pour son ordinateur portable qui doit rester lui aussi dehors. Nous devons éteindre les téléphones portables et à la sécurité suivante, je dois laisser le mien de toute façon dans un coffre donc aucun moyen de se contacter.

Une fois à l’intérieur, je demande conseil a une personne pour savoir ou je peux attendre Polo, je me mets avec les filles dans la première salle d’attente car j’ai gardé ses photos spéciales VISA et il en a besoin pour passer dans la seconde salle d’attente (avec le ticket qui nous permet d’être appeler au guichet). Je m’occupe de sortir Camille du porte-bébé (étonnamment ça n’a posé aucun problème pour la sécurité qu’elle reste dedans), je donne a manger a Maude. D’ailleurs au second poste de sécurité, on m’a demandé de laisser le tupper avec le petit-déjeuner, j’ai « négocié » (un grand mot hein) pour le garder car « c’est pour faire manger les petites » et on m’a aussi demandé de gouter le liniment, là aussi en disant « je veux bien hein mais c’est pour changer la petite » le gars du personnel m’a laissé l’embarquer sans que j’en mange. Assez rapidement je vois Polo revenir et passer les différents postes de sécurité.
De son côté, Polo est parti avec un autre demandeur pour déposer son sac. Ils sont partis vers le théatre car apparemment ils prennent en consigne certains sacs mais notre sac est là aussi trop gros, en fait les consignes sont les mêmes que pour le consulat m’a dit Polo donc je pense que l’autre personne a du lui aussi être refoulé avec on ordinateur portable. Polo trouve dans une rue sur le côté du consulat, un café ou le personnel doit être habitué et à pu déposer son sac pour revenir. En arrivant au premier poste de sécurité, il a même donné le tuyau a d’autres personnes pour les aider.

On se retrouve donc dans la queue pour obtenir un ticket avant de passer dans la deuxième salle d’attente. On s’assoit avec les filles qui sont contentes de retrouver leur père et nous attendons qu’on appelle notre numéro. A peine 10 minutes d’attente et nous arrivons a un guichet, où Polo donne les 4 DS160, les 8 photos et les 4 passeports a la personne en face. Les photos sont scannées, les DS160 bipés et les empreintes digitales de Polo puis les miennes sont prises. Quelques minutes suffisent pour cette étape (pour nous car pour d’autres c’est un peu plus long) et la dame fort gentille nous dit de retourner nous asseoir, qu’elle va demander à ses collègues de nous faire passer rapidement car nous avons Maude et Camille (que nous aurions laissé à Toulouse mais question de convictions nous n’avions pas envie de les tenir écartées, en plus Maude avait très envie d’aller a Paris et cela nous a fait passer plus vite, bien plus vite). Nous retournons nous asseoir et parlons un peu avec une personne que Polo a croisé à la sécurité lors de son retour et qui lui aussi a mis son ordinateur dans le café. On a peur de devoir attendre longtemps mais rapidement on voit notre numéro s’afficher pour « l’entretien ». Nous pensions que ce serait un entretien dans une salle à part, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs peut-être que l’on regarde trop de films, mais nous restons a un guichet. Ambiance pour la deuxième fois, le monsieur n’est pas méchant mais est intrigué par le fait que l’on demande un visa pour les USA alors que l’on peut passer par l’ETSA. On lui explique que l’on veut rester plus de 3 mois et que c’est pour ça qu’on demande un visa :

– Pourquoi ?

– Et bien, parce qu’on veut visiter pas mal de choses aux Etats-Unis et que l’on pense que ça nous prendra plus de 3 mois.

– Comme quoi par exemple ? Vous avez un itinéraire ?

A ce moment là, je raconte un peu ce que l’on veut faire aux Etats-Unis et je vois que ça le rassure et qu’il souhaite continuer a poser des questions. Nous devons donc parler du salaire de Polo (sans avoir a montrer le bulletin de salaire ni le contrat de travail mais cela aurait pu etre demandé), moi je ne travaille pas donc je n’ai pas de questions autre. On doit donner notre budget prévisionnel pour le voyage et on nous demande un relevé de compte pour bien montrer que nous avons les moyens de faire ce voyage (plus précisément avoir les moyens de vivre aux USA environ 6 mois, durée du visa, sans travailler). Le monsieur en face nous annonce que les visas sont accordés, regroupe nos DS160 et les passeports et les jette dans une caisse derrière lui en nous expliquant que ce sera un visa d’une durée de 6 mois et que l’on aura pas le droit de travailler aux USA avec. Oui, très bien monsieur, merci, au revoir et passez une bonne journée. Nous ressortons du consulat, un peu sonnés, fatigués mais contents que cela ce soit bien passé et rapidement qui plus est. Nous allons récupérer notre sac à dos au café, prendre des jus d’oranges histoire de débriefer un peu l’entretien et planifier la journée avant le trajet du retour.

Nous avons visité un peu Paris, rapidement, montré aux filles la concorde et son obélisque, l’arc de triomphe de loin, le pont Alexandre III et ses statues dorées que Camille a adorées tandis que Maude regardait la seine et les bateaux en dessous. Nous avons vu les invalides de loin et expliqué a Maude ce que c’est, pourquoi ce nom, longé la seine pour aller jusque sous la Tour Eiffel. Celle-ci a beaucoup plu aux filles, Camille n’a pas arrêté de sourire et de la montrer du doigt et Maude voulait monter en haut mais au vu de la température extérieure, de la fatigue de Camille et de la file d’attente nous avons botté en touche et sommes partis monter les marches du Trocadéro pour une vue imprenable sur la Tour Eiffel et le Champ de Mars. Camille s’est endormie dans le porte-bébé donc n’aura pas eu l’occasion d’admirer la vue, tant pis elle en avait besoin. Nous sommes allés manger dans un petit fast-food vegan puis aller chercher de quoi manger dans le train. Nous sommes repartis à la gare Montparnasse dans un IDTgv, 5h30 de trajet qui se sont ma foi pas mal passé malgré la fatigue des puces. Nous sommes bien rentrés après une journée éreintante pour le dos, les jambes et le cerveau.

Publicités

Une réflexion sur “Journée à Paris, visite au consulat USA

  1. Hahaha nous aussi on s’est fait avoir on était sur de se payer un entretien « FBI Style » alors que 3 questions pour moi 2 pour Emilie, Merci, Aurevoir …

    Vous avancez bien en tout cas bon courage pour la suite !
    Alban

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s